Viadanse
Centre chorégraphique national de
Bourgogne Franche-Comté
à Belfort

© Zélie Noreda
© Zélie Noreda

Direction Héla Fattoumi & Éric Lamoureux

En trente-cinq ans de carrière, le duo Héla Fattoumi et Éric Lamoureux s’est singularisé dans le paysage chorégraphique français par une danse engagée, énergique, humaniste, touchant aussi bien les néophytes que les connaisseur·se·s.

Privilégier ce qui relie, mettre en exergue l’altérité, rendre tangible la notion d’identité-relation sont autant de moteurs d’une démarche artistique que vient renforcer la constance d’une cosignature. Il s’agit de bâtir une identité artistique sur le socle d’une relation en perpétuel mouvement, d’un incessant relais des imaginaires, quasi-utopiste, qui lui-même en appelle à des autrices et auteurs véhiculant des valeurs de métissage, de puissance de la dissemblance. 

Ce sont naturellement des idéaux et des intentions du même registre qui imprègnent la direction que le binôme a donnée au CCN de Bourgogne-Franche-Comté à Belfort, revendiquant la capacité du public à se forger un regard critique par la mise en perspective d’approches esthétiques diverses. Au sein de ce CCN, dont ils ont résolument ancré la dimension transfrontalière, le rebaptisant VIADANSE en référence à l’idée d’une danse qui fait lien, les artistes ont articulé chacun de leurs trois mandats autour d’une de leurs œuvres, appréhendée telle un foyer de rayonnement réflexif, créatif et pédagogique autour des œuvres Oscyl, AKZAK, l’impatience d’une jeunesse reliée et dernièrement TOUT-MOUN. Chacune a ainsi nourri pendant trois ans l’activité de la structure dans son exhaustivité, impulsant une constellation d’objets, d’idées, de dispositifs et d’actions, notamment « Les chemins vers la danse », forts de la présence quotidienne d’interprètes qui portent leur travail sur le territoire. En 2023, deux artistes sont associés à la structure : Taoufiq Izeddiou et Léo Lérus.

©Viadanse
©Viadanse

Le lieu

En 1995, l’architecte Bernard Reichen / cabinet Reichen et Robert réhabilitait la Caserne de l’Espérance dans un climat politique bienveillant, voire proactif dans l’intention d’en faire un Centre chorégraphique national. La première direction, conjointe – Odile Duboc, qui y travaille la mise en jeu des corps dans l’espace, et Françoise Michel, la création lumière – fait d’emblée de cette émergence d’une cage de scène entre deux bâtiments, d’une ergonomie sans pareil, un remarquable outil de création et de recherche. Après une période d’interim assurée par Laurent Vinauger, Joanne Leighton dirige le lieu de 2010 à 2015, en marquant le territoire et la mémoire de ses habitant·e·s avec un projet participatif d’envergure, Les Veilleurs. 

Lorsqu’en 2015 sont nommé·e·s à la direction Héla Fattoumi et Éric Lamoureux – alors co-directeur·rice·s du CCN de Caen -, c’est à l’appui d’un projet transfrontalier basé sur la circulation des artistes et des imaginaires notamment avec les SUDS et avec la Suisse voisine. 

Dans la cartographie des enjeux que promeut le label CCN, chaque direction se sera intéressée à cette situation géographique de « cœur d’Europe aux trois frontières » : diriger cet outil de création artistique à la frontière régionale avec l’Alsace, aux frontières nationales de l’Allemagne et de la Suisse semble ainsi consister en premier lieu à en comprendre l’endroit et ses particularismes. Il inclut par ailleurs depuis ses débuts un Pôle de Ressources Pour l’Éducation Artistique et Culturelle (PREAC), une fonction vitale que le duo Fattoumi – Lamoureux a continué de développer en établissant une fructueuse passerelle avec un représentant de « l’autre label de la danse » le Dancing CDCN Dijon Bourgogne Franche-Comté.

N’ayant pas pour mission la diffusion en tant que telle depuis son lieu laborantin, le binôme n’a malgré tout pas écarté la question de la rencontre des œuvres chorégraphiques et des publics, en impulsant dès leur arrivée le VIAREZO pour une meilleure cohérence de production et visibilité des artistes accueillis en résidence sur le plan régional.  Depuis 2022, le VIAREZO est devenu TOUR de DANSE, à savoir l’aménagement d’un maillage de « résidences de diffusion » dans 8 lieux associés répartis à travers les 8 départements de la région. Les équipes artistiques s’installent pendant une semaine dans ces lieux avant d’y proposer une représentation publique. À moyen terme, il s’agit d’inviter des compagnies à s’implanter dans cette grande région, et de faire ainsi du label CCN un levier d’enrichissement territorial. 

Dates clés

  • 1991-2008

    Direction Odile Duboc et Françoise Michel

  • 1995

    Réhabilitation par Bernard Reichen du bâtiment La Caserne de l’Espérance

  • 2008-2010

    Direction par intérim de Laurent Vinauger

  • 2010-2015

    Direction de Joanne Leighton

  • 2015

    Direction Héla Fattoumi et Éric Lamoureux